Date
3 mai 2020
Title

Parenthèse confinée : Claire DANCOISNE

M17 - Intro Actualité

L’une des vocations de la Cité des Électriciens est d’accompagner designers, comédiens, danseurs et autres disciplines artistiques dans leur processus de création. 
En cette période de parenthèse imposée, nous avons choisi de les mettre de nouveau en lumière.
Ils évoquent leurs façons de vivre le confinement, leurs doutes mais surtout leurs envies et espoirs pour « l’après »…

Claire Dancoisne

Photo : DR

M12 - Texte

Une artiste avec laquelle nous avons eu le plaisir de collaborer : Claire DANCOISNE, fondatrice de la compagnie La Licorne.
Sculpture, spectacle de rue, arts plastiques mais essentiellement théâtre, telle est la pluralité de domaines dans lesquels Claire excelle.
Sa spectaculaire et intrigante exposition « Puppets » avait animé la Cité lors des festivités de la Sainte-Barbe en 2018.

Exposition Puppets

Photo : La Voix du Nord

  • Claire, en cette période de confinement, vous est-il possible de poursuivre votre activité ? Racontez-nous…

Notre activité se résume aujourd’hui à gérer les annulations de spectacles, en imaginer les reports, à continuer malgré tout à inventer des projets, à lutter contre l’idée que la culture n’est pas prioritaire. Le théâtre est un art vivant, physique, partagé. Aujourd’hui ce travail collectif n’est plus possible.

Et puis l’isolement permet de lire presque sans interruption, permet d’écrire des projets de spectacles, permet de réaliser des maquettes cérébrales. Je pense dans l’abstraction. Cependant, le concret, le plateau, les comédiens, les plasticiens, le public sont nécessaires à la création. L’isolement n’est pas bénéfique au théâtre.

Claire Dancoisne maquille la troupe

Photo : Christophe LOISEAU


En réalité, je ne cherche pas du tout à m’occuper. Je profite de la découverte du rien. Habituellement toujours à courir après le temps jusqu’au stress qui accompagne les journées et les nuits trop courtes, j’apprends le calme, je découvre la respiration paisible de chaque moment quotidien, j’apprends la lenteur, l’immobilité, le silence, la paresse aussi.

  • Quels sont vos projets, envies, espoirs pour l’après ?

Mon premier projet, lorsque cela sera de nouveau envisageable, est celui de faire une grande tablée avec mes amis comédiens et artistes de tous poils : manger, boire et refaire le monde encore une fois, une nouvelle fois.

Mon deuxième projet est celui de prendre ma voiture, de rouler, rouler…voir du paysage.

Mon troisième projet, celui de continuer à penser le temps autrement. Est-ce possible ? Notre métier exige de penser, de travailler sur des agendas toujours pensés pour les 2 ans à venir. Quand on découvre avec anxiété en ce moment que tout peut s’arrêter du jour au lendemain, que les plannings sont à la poubelle, que la Culture « n’est pas prioritaire » aujourd’hui, j’ai l’espoir vissé au corps, que les artistes et les politiques publiques parlent plus fort et repensent d'abord en profondeur le présent. 

Suivre la page Facebook du théâtre La Licorne

Exposition Puppets

Photo : La Voix du Nord - Exposition "Puppets" à la Cité des Electriciens

Exposition Puppets sauna

Exposition "Puppets" dans l'actuel sauna de la Cité !
 

La Cité
des Électriciens

Rue Franklin
62700 Bruay-la-Buissière
03 21 01 94 20
Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 11h à 18h

icone fermer
Maison d'ingénieur : salle d'expositions
Il s’agit de la plus ancienne cité minière subsistant dans le Bassin minier du Pas-de-Calais. Elle constitue une véritable charnière dans l’histoire de l’habitat ouvrier. Elle témoigne en effet de la progressive évolution de l’habitat ouvrier au XIXe siècle.