Titre

Visite - Journées nationales de l'architecture

Détails
VISITE | GRATUIT
M12 - Texte (1)


Valeurs d’usage et d’universalité des cités ouvrières

À la fois particulièrement observé au titre de paysage culturel évolutif vivant et terrain de transformations urbaines et architecturales répondant aux nouveaux enjeux de société, l’héritage culturel du Bassin minier est porteur de nombreux enjeux contradictoires.

Les journées de l’architecture sont l’occasion d’une rencontre conférence posant un regard international sur la question de la transmission de ce patrimoine aux générations futures. Ce rendez-vous est également l’occasion de faire un point sur l’actualité en présentant des expériences et pratiques de terrain avec la chaire « acclimater les territoires post-miniers » de l'École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille.


Visite guidée (gratuit) :

  • Découverte de la cité, de son histoire et de sa réhabilitation.
  • Découverte commentée d’une exposition temporaire consacrée aux travaux de recherche sur l’utilisation de matériaux géo bio sourcés, en particulier la terre crue, pour la réhabilitation des cités minières.
  • Accès libre à l'ensemble des espaces d'exposition

Avec la collaboration et le soutien de :

  • Béatrice MARIOLLE, architecte, chercheuse à l'IPRAUS, EnsaPB, professeure à l'Ensap Lille
  • Martin FESSARD, architecte & charpentier, doctorant au LACTH, Ensap Lille
  • Les Etudiants de l'École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille
  • La Mission Bassin Minier
  • La Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France

Informations et réservations : anthony.martin@citedeselectriciens.fr

La Cité
des Électriciens

Rue Franklin
62700 Bruay-la-Buissière
03 21 01 94 20
Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 18h

icone fermer
Maison d'ingénieur : salle d'expositions
Il s’agit de la plus ancienne cité minière subsistant dans le Bassin minier du Pas-de-Calais. Elle constitue une véritable charnière dans l’histoire de l’habitat ouvrier. Elle témoigne en effet de la progressive évolution de l’habitat ouvrier au XIXe siècle.